AI

Vivatech... Le "vrai bilan" des techs à surveiller

Par
FineDigit
le
24/6/2019

Quel bilan tirer de VIVATECH 2019... Combien de VIP ? combien d'exposants ? La présence d'Emmanuel Macron ? Nous vous proposons de poser un autre regard sur Vivatech... Et de tirer trois enseignements en terme d'intelligence Artificielle : 1- c'est une confirmation l’intelligence artificielle s’infiltre partout, 2- l’informatique quantique, ne fera qu'accentuer cette tendance grâce à l'accélération des capacités de calcul des ordinateurs et 3 - l’Edge Computing constituera l’autre révolution majeure en terme de stockage et gestions des datas.

Vivatech, 2019 nous y étions! Cette année, la grande messe de la tech a attiré plus de 124 000 visiteurs, 13 000 start-up, foule d’investisseurs, et plus de 125 nationalités (intervenants, exposants, investisseurs). Alors oui, certains trouverons toujours matière à “finasser” : trop de CAC 40, des start-up pas assez visibles, trop de badges, un ensemble un peu confus ! Mais ne nous trompons pas VIVATECH est devenu l’événement incontournable pour les start-up et les entreprises talentueuses qui souhaitent façonner l’avenir par les techs. Nous y étions! Et nous vous livrons un focus sur l'intelligence artificielle, et les enseignements apportés lors de VIVATECH sur l’avenir de l’AI.

 

Premier tendance :  l’intelligence artificielle s’infiltre partout

C’est la confirmation d’une tendance de fond, mais l’IA aujourd’hui n’est plus un buzz word. ’IAl est la source d’une profonde transformation de notre mode de vie, de notre mode de consommation et de notre façon de travailler. Elle impacte dès aujourd’hui et de manière très significative notre quotidien et va contribuer à transformer des secteurs entiers de l’économie.

Cliquez sur l'image pour lire l'article

La prégnance de l'intelligence artificielle va continuer de se renforcer, en raison de quatre facteurs :

  • Des ordinateurs et des processeurs toujours plus puissants (la loi de Murphy  continue de jouer à plein sur la croissance de l’économie), l'informatique quantique accélérera cette tendance.
  • Le stockage moins coûteux et plus efficace.
  • Toujours plus de données et d’investissements dans la recherche Une généralisation du mode connecté.  (IOT, IIOT, 5G….)
  • Aujourd’hui, les fondements de l’intelligence artificielle sont déjà établis et cette technologie permettra d’offrir de nouvelles possibilités dans tous les secteurs d’activité.
“ L’un des grands enseignements de vivatech :  L’ensemble des activités dérivées de l’intelligence artificielle représentera un chiffre d’affaire de 3,9 milliards de dollars en 2022 contre 19,9 milliards l’année dernière.”

Seconde tendance : l’informatique quantique, sera t-elle le futur de l’IA?

Il y a des défis que les systèmes informatiques actuels classiques ne pourront jamais résoudre. Au-delà d’une taille critique et d’un niveau de complexité donné, nous n’avons pas assez de puissance de calcul pour les résoudre.

Pour avoir une chance de résoudre certains de ces problèmes, il faudra révolutionner les systèmes d’informations traditionnels et les modes de calculs. Tous les systèmes informatiques reposent aujourd’hui sur leur capacité de stockage et de traitement de l’information, c’est ce que nous appelons la puissance. Pour ce faire les ordinateurs actuels traitent des bits individuels, qui sont stockés sous forme d’états binaires 0 et 1. Or les ordinateurs “dits” quantiques utilisent les lois de la mécanique quantique pour traiter l’information et utilisent en ce sens des bits quantiques, ou qubits.  

Aujourd’hui, la société canadienne D-Wave Systems Inc. présente à VIVATECH a développé une nouvelle génération d’ordinateur quantique ayant une capacité de calcul surpassant la puissance de calcul des ordinateurs conventionnels. La Nasa ou encore Google ont déjà commencé à utiliser les performances quantiques pour optimiser les systèmes fondés sur l’Intelligence Artificielle.

“Des vitesses de calculs 108  fois plus rapides que les processeurs standards actuels grâce à l’exploitation de la physique quantique”

Nous l’avons vu précédemment,  un qubit, (la plus petite unité de stockage) offre un état quantique pour lequel l’information peut simultanément être codée en 0 et 1. Ainsi, pour un système basé sur 8 qubits, la puissance de calcul est de 28, soit 256 possibilités. Par conséquent, un ordinateur disposant d’une puissance de calcul de 300 qubits pourrait théoriquement effectuer autant de calcul qu’il y a d’atomes dans l’Univers. Selon une étude publiée en août 2016 dans la revue APS Physics, les simulations effectuées sur la puissance de calcul de l’ordinateur quantique D-Wave 2X permettent de constater une vitesse de traitement supérieure de l’ordre de 108 par rapport à un processeur standard. 

La Nasa et Google utilisent déjà la physique quantique dans le développement de leurs programmes D'AI.

Hervé Bonazzi, Co-fondateur de Fine Digit confie : “Le passage des bits aux qubits et donc l’utilisation de la physique quantique permettra d’étendre de façon exponentielle la puissance de calcul des ordinateurs. En ce sens, Il va permettre d’augmenter le potentiel prédictif de l’intelligence artificielle dans de nombreux domaines comme la sécurité des données, les traitements médicaux, et bien évidemment  le secteur des services financiers qui constitue le coeur de notre activité où chaque jour des Milliards de données sont transférés chaque minute dans le monde”.

 

Troisième révolution d’avenir l’Edge Computing : l’autre révolution majeure ?

Aujourd’hui, la transformation numérique d’une entreprise se fait principalement avec des plates-formes de cloud computing, Les nouveautés apportées en particulier par Amazon et plus récemment Google, ont contribué à améliorer les capacités de stockage des entreprises dans le cadre du Big Data et donc à renforcer le socle de l’AI et du machine Learning. Le Edge Computing ou traitement des données à la périphérie pourrait bien constituer une révolution dans le domaine du stockage et contribuer à vraiment bouleverser le monde industriel pour rendre le traitement des données plus  encore plus rapide et plus fluide.

C’est une architecture informatique distribuée ouverte qui présente une puissance de traitement décentralisée, les données sont traitées par le périphérique lui-même ou par un ordinateur ou un serveur local au lieu d’être transmises à un datacenter. Il permet une accélération du flux de données et le traitement de données en temps réel sans latence. Elle permet aux applications et aux périphériques intelligents de répondre aux données quasi instantanément en réduisant ainsi l’utilisation de bande passante internet. 

Plus de 175 Milliards d'investissement prévus dans le "Edge Computing" d'ici 2025

De plus, la capacité à traiter les données sans les mettre dans un cloud public ajoute une couche de sécurité utile pour les données sensibles ce qui nous concerne toujours dans le secteur des activités de marché. McKinsey prévoit que d’ici 2025, les investissements en matériel informatique de pointe pourraient atteindre entre 175 et 215 milliards de dollars. HPE a déjà lancé une offre de services basés sur l’edge computing, de même que Schneider Electric et Amazon Web Services, bien que cette dernière offre des services edge liés aux services cloud existants.

VIVATECH, c’est plus que des robots vus et revus, autre chose que les sociétés du CAC 40 qui cherchent par tous les moyens à recruter de jeunes talents, plus que de badges VIP, non VIP. Si vous souhaitez un autre regard sur les techs, des tips, des opportunités d’emplois abonnez-vous à notre blog ou suivez-nous sur linkedin.